Les paramètres dans Power Query et dans les rapports (3) : les paramètres dans la visualisation, à l’aide des segments

Proposé par André Meyer-Roussilhon

3 février 2020

Daxologie | De visu

dax | paramètres | segment

Restez à l'écoute, abonnez-vous à la newsletter (2 fois / mois)

11 + 12 =

Les paramètres-segments

Voici la vue d’ensemble du cycle de travail :

Le paramètre se présente sous la forme d’un segment (2), basé sur une table créée manuellement (1), permettant à l’utilisateur de faire varier le contenu d’une mesure (3) pour obtenir le visuel (4) – dont le titre est généré de manière dynamique (5).

(1)   Les données en entrée

Commençons donc par la table : elle est créée manuellement à l’aide la fonction Entrer des données du ruban Accueil, elle porte un nom (ChoixUser), la colonne elle aussi est nommée (choix), et j’y ai entré trois valeurs, HT, TTC et TVA, puis j’ai chargé la table. Point important : cette table n’est pas liée au reste du modèle.

(2) et (3) Le segment et la mesure

Sur la base de la colonne choix, j’ai créé un segment qui sera affiché sur le rapport final :

Là où « opère la magie », c’est dans la création d’une mesure dont le contenu varie (SWITCH) en fonction du choix de l’utilisateur (SELECTEDVALUE). C’est cette mesure qui sera affichée dans le rapport :

Arrêtons-nous un instant sur la formule :

  • La fonction SWITCH est l’équivalent d’un IF imbriqué, c’est-à-dire permettant de couvrir plusieurs cas de figures. SWITCH simplifie grandement l’écriture d’un tel scénario. Les trois cas possibles dépendent du choix opéré via le segment : HT, TTC ou TVA. Le premier paramètre de SWITCH est la variable à évaluer (ici, la valeur de la colonne choix), puis viennent des « paires » de paramètres : exemple, si l’utilisateur choisit HT, alors la mesure Indicateur prend la valeur SUM(Facts[HT]), et ainsi de suite.
  • La fonction SELECTEDVALUE est la contraction de la formule IF ( HASONEVALUE () ), c’est-à-dire qu’il s’agit de tester si le paramètre passé (ici, ChoixUser[choix]) a une – et une seule – valeur, auquel cas cette valeur est retournée. En cas d’absence de choix, une valeur par défaut pourrait être retournée.
    J’aurai donc pu améliorer ma formule ainsi : SELECTEDVALUE(ChoixUser[choix] ; « HT »), pour être sûr d’afficher une valeur même si l’utilisateur n’a pas fait de choix à l’aide du segment.
  • De même, la fonction SWITCH admet en dernier paramètre une valeur par défaut : ce serait ici redondant avec le point précédent.

N’oubliez pas de formater la mesure ainsi créée.

(4) et (5) Le visuel et le titre dynamique

Pour terminer, le visuel est créé, et affiche la mesure (Indicateur). Puisque l’utilisateur peut en changer le contenu, il est important d’ajouter un titre pour préciser la nature de l’indicateur (ici, HT). Pour ça, j’ai créé une deuxième mesure (nom_mesure_choisie) utilisée pour la mise en forme conditionnelle du titre :

Notez que pour s’assurer que le titre sera toujours affiché, la fonction SELECTEDVALUE propose aussi un choix par défaut, et pour une question de cohérence, le même que celui de la mesure Indicateur.

Articles associés :

Une étude du contexte de filtre

Le contexte de filtre est assurément le cœur du DAX, le langage d’analyse de Power BI et de Power Pivot dans Excel. Comprendre le contexte de filtre, c’est comprendre 90% du DAX : ce n’est pas moi qui le dis, mais les deux sommités mondiales sur ce langage (Marco et Alberto, de SQLBI). Dans ce billet, je vous propose de regarder une formule et de commenter le contexte de filtre et ses évolutions.

Utiliser les images et les signets pour créer l’interactivité

Utiliser les images et les signets pour créer l’interactivité

Les signets sont des états de votre rapport, un peu comme des photos instantanées (des snapshots en anglais). Si vous ajoutez des boutons ou des images auxquels vous associez des actions, vous pouvez créer un effet d’interaction intéressant : l’utilisateur a l’impression de choisir lui-même ce qui est affiché. L’ensemble est très simple à mettre en place

Construire et lire une moyenne mobile dans Power BI

Construire et lire une moyenne mobile dans Power BI

Dans ce billet, je vous propose une étude très poussée de la moyenne mobile et de sa mise en œuvre dans Power BI. La moyenne mobile est un outil primordial pour « lire » les données, en particulier lorsque les variations sont importantes, mais aussi un outil prédictif. Et notamment, tout un pan des stratégies d’investissement repose sur la lecture de ces moyennes