Utiliser les images et les signets pour créer l’interactivité

Proposé par André Meyer-Roussilhon

24 novembre 2020

Restez informé, abonnez-vous à la newsletter (2 fois / mois)

3 + 13 =

Effet global

Regardons d’abord à quoi va ressembler l’exemple, et l’effet d’interaction, à travers trois captures d’écran, qui montrent les trois états du rapport :

Dans le premier état, c’est la carte qui est visible
Dans le deuxième état, c’est le graphique qu’on voit, là où précédemment était la carte
Dans le troisième état, c’est le tableau qui est affiché au même endroit que les deux premiers

Les trois images à gauche, avec l’ombre ajoutée, donnent l’impression de boutons en relief sur lesquels on peut appuyer pour sélectionner le visuel affiché à droite …

Mise en place

La mise en place est assez simple :

  1. Créer et superposer les trois visuels (carte, graphique, tableau)
  2. Créer et superposer le bouton-image (non appuyé) et son équivalent appuyé, pour chacun des trois boutons
  3. Afficher les volets Sélection et Signets
  4. Utiliser le premier pour afficher ou masquer les éléments
  5. Utiliser le second pour prendre des « photos » de chaque état (signets tableau, carte et graphique)
  6. Enfin associer des actions aux boutons pour passer d’un signet à l’autre

Mise en place dans le détail

J’utilise les propriétés Position X et Y, Largeur et Hauteur (Format > Général) pour m’assurer que les éléments ont la même taille, et qu’ils sont parfaitement superposés.

Pour les boutons, j’insère une image (les trois images ont été téléchargées à partir du site icons8.com).

Pour afficher ces deux volets, c’est sur l’onglet Afficher (grisé, à droite) :

Pour afficher ou masquer un visuel, cliquez sur l’œil à droite de son nom (vous pouvez renommer un élément, visuel ou bouton, en double-cliquant sur son nom):

Note : plus un élément est bas dans cette liste, plus il est en arrière-plan (le cadre des boutons, notamment, est tout à fait à l’arrière).

Lorsqu’un « état » est prêt – les éléments correctement masqués ou affichés, utilisez le volet Signets puis Ajouter pour créer le signet (que vous pouvez renommer par double-clic) :

Répétez la même opération pour chaque état (trois dans notre exemple).

Pour terminer, affectez à chaque bouton-image une action. Par exemple, le bouton tableau doit afficher le signet tableau :

J’ai répété l’opération pour les boutons graphique et carte.

Pour tester le résultat dans Power BI Desktop, il faut utiliser la touche Ctrl et cliquer.
Dans Power BI Service, un simple clic suffit à l’utilisateur pour passer d’un visuel à l’autre.

Articles associés :

Créer un graphique à base zéro pour suivre l’évolution

Créer un graphique à base zéro pour suivre l’évolution

Dans un graphique à base zéro, le premier point sert de référence (le point zéro), et tous les autres sont calculés en pourcentage de variation par rapport à cette référence. Ce type de graphique est utilisé par exemple dans le domaine financier, pour suivre l’évolution du cours d’une action – mais il peut servir pour suivre l’évolution de tout type de donnée.
Le graphique est intimidant, mais sa réalisation est en fait très facile, et repose sur des formules DAX étonnamment simples.

Filtre sur un visuel : attention aux pièges !

Filtre sur un visuel : attention aux pièges !

« Filtrer un visuel, c’est facile, et je le fais tout le temps » : oui mais attention, savez-vous bien ce que vous filtrez, et à quel niveau ? Derrière un petit filtre simple et courant se cachent de nombreux pièges, une part de complexité, et beaucoup de risques d’erreurs.
Dans cet article, je vous propose de faire un point complet sur la question.

Exporter de Power BI vers CSV ou TXT sans être limité par le nombre de lignes

Exporter de Power BI vers CSV ou TXT sans être limité par le nombre de lignes

Lors de la dernière session de formation Power BI Expert que j’ai animée, un stagiaire a soulevé la question de la limite du nombre de lignes qu’il est possible d’exporter à partir de Power BI vers un fichier CSV. Cette limite est fixée à 30 000 lignes. Mais alors comment faire lorsque, ce qui n’est pas rare, vous souhaitez exporter une table ou un visuel contenant plus de 30 000 lignes ? Dans cet article je vous propose la solution.