Utiliser la mise en forme conditionnelle pour indiquer l’état, l’évolution et la tendance

Proposé par André Meyer-Roussilhon

28 mai 2021

Restez informé, abonnez-vous à la newsletter (2 fois / mois)

6 + 2 =

Présentation du scénario

Dans ce scénario, j’étudie le cours de l’or (mais ce travail peut s’appliquer à un ensemble de situations : analyser les incidents sur le lieu de travail, la consommation d’un budget, le nombre de tickets ouverts requérant une intervention, etc.) :

Pour cela je dispose d’une table OR contenant :

  • Un index (colonne indiquant un numéro unique pour chaque ligne de la table, créé dans Power Query)
  • La date
  • Le cours à la clôture (que j’appelle état)

Et pour les mesures :

  • Le cours à la clôture de la veille (cloture j-1)
  • La moyenne mobile à 5 périodes (mm5 cloture) – 5 périodes étant un choix bien sûr
  • La différence entre la clôture et la clôture de la veille (que j’appelle l’évolution)
  • La différence entre la clôture et la moyenne mobile à 5 jours (que j’appelle la tendance)

L’index est très pratique pour calculer les variations d’un jour à l’autre : passer par DATEADD pose ensemble de problèmes, dont le fait d’écarter les weekends et les jours fériés. Avec l’index, tout devient très simple (calculer l’évolution d’un jour à l’autre revient à comparer l’index n avec l’index n-1).

La seule « difficulté » ici consiste à toujours identifier le dernier cours connu, pour être en mesure d’actualiser (automatiquement) le rapport. Avec l’index, c’est simple :

Pour la journée du 21 mai, ces calculs donnent donc le résultat suivant (encadré en rouge) :

Une baisse par rapport à la veille (-5,10 €) mais un cours au-dessus de la moyenne mobile (+1,68 €).

La mise en forme conditionnelle de la carte et de l’ombre

L’état est indiqué sur la carte : c’est le dernier cours connu.

La couleur de la carte (l’arrière-plan) est déterminée par l’évolution : rouge si elle est négative (le cours a baissé), vert dans le cas contraire.

Petit rappel sur la mise en forme conditionnelle :

Et pour la tendance, la couleur de l’ombre est elle aussi définie à l’aide de la mise en forme conditionnelle : rouge si elle est négative (le cours est sous la moyenne mobile), vert dans le cas contraire.

Voilà, c’est simple, économe en termes de moyens, efficace :

Le cours a baissé entre le 20 et le 21 mai, mais il reste au-dessus de la moyenne mobile (la tendance reste positive)

Dans le cadre de ce travail pour mon client, j’ai réalisé une série de ces cartes, toutes présentées sur le même rapport (il faut imaginer une mosaïque), avec les cours des métaux et des cryptomonnaies.

Articles associés :

Créer un graphique à base zéro pour suivre l’évolution

Créer un graphique à base zéro pour suivre l’évolution

Dans un graphique à base zéro, le premier point sert de référence (le point zéro), et tous les autres sont calculés en pourcentage de variation par rapport à cette référence. Ce type de graphique est utilisé par exemple dans le domaine financier, pour suivre l’évolution du cours d’une action – mais il peut servir pour suivre l’évolution de tout type de donnée.
Le graphique est intimidant, mais sa réalisation est en fait très facile, et repose sur des formules DAX étonnamment simples.

Filtre sur un visuel : attention aux pièges !

Filtre sur un visuel : attention aux pièges !

« Filtrer un visuel, c’est facile, et je le fais tout le temps » : oui mais attention, savez-vous bien ce que vous filtrez, et à quel niveau ? Derrière un petit filtre simple et courant se cachent de nombreux pièges, une part de complexité, et beaucoup de risques d’erreurs.
Dans cet article, je vous propose de faire un point complet sur la question.

Exporter de Power BI vers CSV ou TXT sans être limité par le nombre de lignes

Exporter de Power BI vers CSV ou TXT sans être limité par le nombre de lignes

Lors de la dernière session de formation Power BI Expert que j’ai animée, un stagiaire a soulevé la question de la limite du nombre de lignes qu’il est possible d’exporter à partir de Power BI vers un fichier CSV. Cette limite est fixée à 30 000 lignes. Mais alors comment faire lorsque, ce qui n’est pas rare, vous souhaitez exporter une table ou un visuel contenant plus de 30 000 lignes ? Dans cet article je vous propose la solution.