Les paramètres dans Power Query et dans les rapports (3) : les paramètres dans la visualisation, à l’aide des segments

Proposé par André Meyer-Roussilhon

3 février 2020

Daxologie | De visu

dax | paramètres | segment

Restez à l'écoute, abonnez-vous à la newsletter (2 fois / mois)

14 + 10 =

Les paramètres-segments

Voici la vue d’ensemble du cycle de travail :

Le paramètre se présente sous la forme d’un segment (2), basé sur une table créée manuellement (1), permettant à l’utilisateur de faire varier le contenu d’une mesure (3) pour obtenir le visuel (4) – dont le titre est généré de manière dynamique (5).

(1)   Les données en entrée

Commençons donc par la table : elle est créée manuellement à l’aide la fonction Entrer des données du ruban Accueil, elle porte un nom (ChoixUser), la colonne elle aussi est nommée (choix), et j’y ai entré trois valeurs, HT, TTC et TVA, puis j’ai chargé la table. Point important : cette table n’est pas liée au reste du modèle.

(2) et (3) Le segment et la mesure

Sur la base de la colonne choix, j’ai créé un segment qui sera affiché sur le rapport final :

Là où « opère la magie », c’est dans la création d’une mesure dont le contenu varie (SWITCH) en fonction du choix de l’utilisateur (SELECTEDVALUE). C’est cette mesure qui sera affichée dans le rapport :

Arrêtons-nous un instant sur la formule :

  • La fonction SWITCH est l’équivalent d’un IF imbriqué, c’est-à-dire permettant de couvrir plusieurs cas de figures. SWITCH simplifie grandement l’écriture d’un tel scénario. Les trois cas possibles dépendent du choix opéré via le segment : HT, TTC ou TVA. Le premier paramètre de SWITCH est la variable à évaluer (ici, la valeur de la colonne choix), puis viennent des « paires » de paramètres : exemple, si l’utilisateur choisit HT, alors la mesure Indicateur prend la valeur SUM(Facts[HT]), et ainsi de suite.
  • La fonction SELECTEDVALUE est la contraction de la formule IF ( HASONEVALUE () ), c’est-à-dire qu’il s’agit de tester si le paramètre passé (ici, ChoixUser[choix]) a une – et une seule – valeur, auquel cas cette valeur est retournée. En cas d’absence de choix, une valeur par défaut pourrait être retournée.
    J’aurai donc pu améliorer ma formule ainsi : SELECTEDVALUE(ChoixUser[choix] ; « HT »), pour être sûr d’afficher une valeur même si l’utilisateur n’a pas fait de choix à l’aide du segment.
  • De même, la fonction SWITCH admet en dernier paramètre une valeur par défaut : ce serait ici redondant avec le point précédent.

N’oubliez pas de formater la mesure ainsi créée.

(4) et (5) Le visuel et le titre dynamique

Pour terminer, le visuel est créé, et affiche la mesure (Indicateur). Puisque l’utilisateur peut en changer le contenu, il est important d’ajouter un titre pour préciser la nature de l’indicateur (ici, HT). Pour ça, j’ai créé une deuxième mesure (nom_mesure_choisie) utilisée pour la mise en forme conditionnelle du titre :

Notez que pour s’assurer que le titre sera toujours affiché, la fonction SELECTEDVALUE propose aussi un choix par défaut, et pour une question de cohérence, le même que celui de la mesure Indicateur.

Articles associés :

Meet investigator : une formule DAX pour retrouver les valeurs vides

Les données ne sont pas toujours aussi « propres » qu’on pourrait l’espérer. Une référence dans la table des transactions peut être absente dans la table de dimension (une référence produit manquant par exemple). Dans Power BI, cela se traduit par une ligne blanche. La question est de trouver ce qui coince : investigator va vous aider !

Le point sur mon implication dans Power BI

Le point sur mon implication dans Power BI

Depuis juillet 2109, date à laquelle mon premier livre sur Power BI est sorti, il s’est passé beaucoup de choses, et plus encore au cours des derniers mois. Dans ce billet, je veux vous proposer un tour d’horizon des ressources que j’ai publiées sur le thème de Power BI, et de ce que je prévois pour la suite.

Construire un tableau horizontal

Construire un tableau horizontal

Les tableaux se présentent sous trois formes : le tableau « vertical » (en-têtes en haut de la page) et le tableau croisé (lignes et colonnes) – dit « matrice » – sont fréquents et simples à construire dans Power BI. Il en est tout autrement du tableau « horizontal », pour lequel les en-têtes sont à la gauche de la page, et dont les valeurs se déploient vers la droite. C’est pourtant une structure qui se révèle particulièrement intéressante pour analyser des indicateurs.